virus les bons gestes

Conversations diverses sur les chiens-chats - histoires de chiens-chats sur le Net
Avatar du membre
Douchka
Messages : 903
Enregistré le : 15 nov. 2019 06:49

virus les bons gestes

Message par Douchka » 23 mars 2020 11:17

Coronavirus : les bons gestes pour faire ses courses sans prendre de risque

Chaque sortie pour réapprovisionner son frigidaire conduit à des gestes qui posent aujourd’hui question. Prendre ses propres sacs, enlever les emballages ou laver les fruits… voici des éléments de réponse.

A combien peut-on aller faire les courses ?
Pas avec toute la petite famille. Le mieux est d’y aller seul, ou à deux, mais pas davantage. Dans le cas où l’on prend sa voiture, pour aller à l’hypermarché par exemple, la limite tolérée par les forces de l’ordre est de deux personnes à bord. Si vous prenez votre véhicule pour aller faire les courses (en magasin ou en drive), petit rappel. Seuls les déplacements de proximité sont autorisés. Pas question de parcourir 20 km sous prétexte que l’hypermarché de l’agglomération voisine est mieux achalandé…

Dois-je porter des masques et/ou des gants ?
« Nous n’avons pas de masques à profusion, explique Eric Tricot, cadre de santé hygiéniste à l’hôpital du Mans. Il n’y a pas de raison d’en porter pour sortir en tant que civil lambda. Il faut le réserver aux gens véritablement symptomatiques. Les gants n’ont pas fait la preuve de leur efficacité pour prévenir la transmission de microbes. Au contraire. On touche tout et n’importe quoi avec, il va très vite se contaminer et aller recontaminer l’environnement. Il vaut mieux faire ses courses à main nue et privilégier le lavage fréquent ou la désinfection. »

Dois-je prendre mes propres sacs ou cabas ?
Afin de limiter les contacts avec des matières potentiellement infectées, il est en effet préférable d’emporter ses propres sacs. Surtout dans les enseignes de proximité, qui n’ont pas toujours le personnel pour veiller à la désinfection des paniers, scannettes ou chariots. « Évidemment, je suis favorable à une désinfection régulière, observe Eric Tricot. De la même manière qu’il faudrait que les caissières désinfectent le plus souvent possible les zones des tapis touchées à la main par les clients. »

Petits commerçants, marchés : je fais confiance ou je prends mes propres boîtes d’emballage ?
Pour éviter tout risque de contamination quand un commerçant vous sert, tendez-lui vos propres contenants, boîtes en plastique ou en verre refermables. « C’est une bonne idée pour les marchés et les petits commerces, estime Eric Tricot. On limite les contacts, et donc les risques, puisque le marchand peut poser le produit dedans sans y toucher. »

Est-il prudent de toucher les écrans tactiles ?
Si on les connaît comme nids à bactéries, les écrans tactiles des guichets de banque, ceux des balances à fruits et légumes mais aussi ceux des bornes de paiement sans caissière dans les supermarchés peuvent être infectés si une personne positive y a mis ses doigts après s’être mouchée. Le premier réflexe serait d’enfiler des gants pour les manipuler. « La technique est contre productive car le risque de s’auto-contaminer les mains est fort au moment où on retire les gants, explique Anne Casetta, médecin responsable de l’unité d’hygiène de l’hôpital Cochin à Paris (14e) et spécialiste des infections nosocomiales.
Passer une lingette est aussi déconseillé car ces écrans ont des surfaces bien trop chargées en salissures diverses, de la sueur, du sébum, des poils ou encore des squames qui inhibent fortement l’efficacité du produit désinfectant de ces lingettes. On se sent alors protégé alors qu’on ne l’est pas. » La meilleure solution consiste à les utiliser normalement mais, surtout, de se laver les mains juste après avec du gel hydroalcoolique (si vous en avez) ou à votre retour.

Echanger pièces et billets est-il raisonnable ?
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le risque d’être contaminé par de l’argent liquide est infime. D’abord parce qu’on garde en mains pièces et billets très peu de temps. « Il faudrait cracher sur un billet ou le lécher pour contaminer quelqu’un », estime même Alexandre Bleibtreu, médecin-infectiologue au service de maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière (Paris). Il suffit de se laver les mains et ne pas porter ses doigts sur le visage et à la bouche une fois que l’on a payé. Pour un paiement en caisse sans risque, l’option carte bancaire sans contact est-elle imbattable.

Toucher aux poignées des armoires réfrigérées est-il risqué ?
Très peu mais, si on se réfère à l’étude menée par le département américain de la santé, le virus peut rester actif jusqu’à trois jours sur une surface plastique ou métallique. « C’est très bien de désinfecter souvent ce qui peut être touché, poignées de porte, clés, rampes, interrupteurs, mais cela ne dispense évidemment pas de veiller à l’hygiène de ses mains », recommande Eric Tricot, cadre de santé hygiéniste à l’hôpital du Mans.
On désinfectera avec un produit ménager portant la mention « détruit bactéries et virus » ces accessoires à la maison mais aussi (dans la mesure du possible) la poignée de son chariot de courses. « Il n’est pas recommandé de se servir de son pull ou de sa veste comme un gant pour ouvrir par exemple les bacs de congelés, poursuit Eric Tricot, pour éviter de multiplier les matières. » Si on le fait, de façon prolongée et appuyée, il suffit de mettre ses vêtements à la machine à laver avec un programme à au moins 60 degrés.

Dois-je jeter les emballages en rentrant chez moi ?
Le virus est capable de survivre quelques heures sur une surface inepte. « Dans l’idéal, je vous conseille d’entreposer vos paquets par terre sans les toucher pendant trois ou quatre heures au sol en rentrant chez vous (NDLR : puis se laver les mains) avant de procéder au rangement dans les placards », glisse Eric Tricot. Pour les produits frais – yaourts par exemple — enlever le suremballage en carton à jeter au tri sélectif, veiller à l’hygiène de ses mains, puis mettre ses achats au réfrigérateur ou au congélateur.

Dois-je laver mes fruits et légumes ?
Au (super)marché, le risque est grand d’avoir vu ses pommes ou ses tomates tripotées par d’autres clients. Dès lors, il faut les laver comme d’habitude, mais pas besoin de les « désinfecter » ou d’avoir l’idée saugrenue de les passer à l’eau de javel. Dans certains cas, il suffit d’enlever la peau. Dans d’autres, la cuisson réglera le problème. Un traitement thermique à 63 °C pendant quatre minutes permet de diviser par 10 000 la contamination d’un produit alimentaire. Il convient de rappeler que la transmission se fait par voie respiratoire ou par les muqueuses et non par voie digestive directe.
Image

Image Danielle

Avatar du membre
mf01
Messages : 730
Enregistré le : 16 nov. 2019 14:33

Re: virus les bons gestes

Message par mf01 » 23 mars 2020 11:49

DOUCHKA : Un tout grand merci de partager avec avec nous tous ces conseils.


Répondre